Retour à l'aperçu

«L’indépendance est un avantage de taille en matière d’Asset Management.»

 

Urs Ramseier
Twelve Capital SA

Urs Ramseier est partenaire fondateur, CEO et CIO de Twelve Capital. Spécialisée dans le secteur des assurances, cette entreprise investit dans toutes les catégories de placement concernées: cat bonds, private insurance-linked securities, insurance private debt, actions et obligations de compagnies d’assurance. Twelve Capital gère environ CHF 4 milliards d’actifs, principalement pour le compte de clients institutionnels, et emploie une cinquantaine de collaboratrices et collaborateurs à Zurich et à Londres. Avant de fonder Twelve Capital en 2010, Urs Ramseier a développé l’activité ILS au sein d’Horizon21. Il a débuté sa carrière chez Credit Suisse et Lombard Odier à Zurich, Londres, Genève et Hong Kong, où il s’est spécialisé dans l’analyse de crédit et l’analyse des actions ainsi que dans la gestion de portefeuille.

 

Urs Ramseier, le succès, c’est quoi pour vous?

C’est parvenir à surmonter une difficulté apparemment insurmontable: par exemple, conserver ses clients en période de faible rentabilité des placements, ne pas craquer au trentième kilomètre quand on court le marathon, ou franchir un passage compliqué en montagne. Mais plus que le succès, ce qui est essentiel à mes yeux, c’est d’apprendre à gérer les échecs: un placement qui n’évolue pas comme prévu, un projet qu’il faut suspendre, une ascension à laquelle on doit renoncer juste avant d’atteindre le sommet. Ensuite, je pense qu’il est important de parler de ce qui s’est passé avec les personnes impliquées – l’équipe, les amis – et d’en tirer les enseignements.

Quelle a été la meilleure décision professionnelle de votre vie?

Opter pour le secteur financier. Après mes études, je me suis engagé dans une carrière scientifique et mon passage au privé a été relativement tardif. Il me semble qu’aucun secteur n’est aussi diversifié, aussi riche de potentialités que le secteur financier. Sur les marchés, pas un jour ne ressemble au précédent, et pourtant les tendances longues sont déterminantes, tant en ce qui concerne les évolutions économiques que les évolutions sociales.

Selon vous, quels sont les facteurs de succès dans l’Asset Management?

Le principal est à mes yeux de gagner la confiance des clients et de la garder. Les clients attendent de nous que nous générions les rendements espérés sur un horizon temporel de trois, cinq ou dix ans. Dans les secteurs pointus en particulier, ils ne gèrent plus leurs actifs eux-mêmes, mais les confient à un spécialiste externe chargé de les faire fructifier activement. Dès lors, la confiance joue un rôle clé, surtout en cas d’erreur ou d’imprévu. Une communication sincère et ouverte ainsi qu’une transparence totale sont indispensables en pareille situation.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui débute dans l’Asset Management?

S’il pense gagner beaucoup d’argent en peu de temps, il se trompe. Notre métier consiste avant tout à gérer les avoirs de clients qui épargnent jour après jour pour avoir une sécurité financière à la retraite, ou qui sont déjà retraités et vivent des rendements de leurs placements. Un bon asset manager doit dégager des rendements performants sur la durée ou avoir d’excellents contacts avec ses clients. Par ailleurs, il est indispensable de se tenir au fait des mutations sociales et technologiques, car le secteur de l’Asset Management évolue en permanence (Fintech, blockchain, etc.).

Quelles sont les qualités d’un bon gérant de portefeuille?

En matière de gestion de portefeuille, outre les compétences techniques, le travail et la curiosité intellectuelle, c’est avant tout l’expérience qui fait la différence. Un bon gérant de portefeuille, c’est quelqu’un qui est passé par tous les cycles du marché. Il en va de lui comme d’un bon vin: il se bonifie avec le temps.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail?

De prendre le temps de discuter des idées de placement avec mes clients et mes collègues. On en tire toujours quelque chose. J’aime aussi beaucoup accompagner les jeunes collaboratrices et collaborateurs sur leur parcours professionnel.

Qu’est-ce qui vous a poussé dans la voie qui est la vôtre aujourd’hui?

En 2010, nous avons créé notre propre entreprise. Notre motivation principale était l’indépendance financière et opérationnelle. Cela nous permet de réfléchir à long terme, qu’il s’agisse de décisions stratégiques ou de décisions de placement. En tant qu’entrepreneur dans le domaine de l’Asset Management, mon objectif est le même que celui de mes clients, à savoir la rentabilité pérenne des placements effectués.

Si vous aviez le choix, dans quel pays aimeriez-vous vivre?

En Suisse! J’ai passé de nombreuses années à l’étranger et je suis très souvent en déplacement professionnel. Des endroits magnifiques, fascinants, il y en a beaucoup sur la planète. Mais en Suisse, on bénéficie d’une excellente qualité de vie, faite d’un mélange unique qui associe la beauté des paysages, l’Etat de droit, la sécurité, des infrastructures de très haut niveau en matière d’éducation, de santé et de transports.

Pendant vos loisirs, qu’est-ce qui est pour vous un facteur d’équilibre?

La vie de famille avant tout – et le sport. Les entraînements au semi-marathon et au marathon, puis les compétitions, ou encore les courses en montagne, tout cela me maintient en forme pour les randonnées à ski ou à pied que j’entreprends régulièrement. Quant à l’escalade, c’est une discipline qui oblige à déconnecter du travail: on se concentre sur le prochain pas ou la prochaine prise...

Quel livre lisez-vous actuellement?

«The Future is Asian», de Parag Khanna. L’intégration des pays asiatiques, en particulier de la Chine, dans l’économie mondiale a été le phénomène majeur des dernières décennies. Une main d’œuvre aussi pléthorique que bon marché fabrique aujourd’hui des produits à des coûts bien plus bas qu’auparavant. Mais demain, c’est aussi d’Asie que viendra la plus forte capacité d’innovation et de financement. L’hégémonie du monde occidental tire à sa fin. Pour autant, l’Asie n’est pas une puissance économique homogène, elle est très diverse et complexe.

Quel est votre plat préféré – ou votre boisson préférée?

Je suis un grand amateur de vin. J’adore découvrir de nouveaux crus, de nouveaux producteurs. On trouve à travers le monde un nombre incroyable de vins de qualité, élaborés par des passionnés. Mais les vignobles français de la vallée du Rhône et de la Bourgogne ont derrière eux la plus longue tradition d’excellence, de sorte qu’ils restent la référence!

Retour à l'aperçu