Retour à l'aperçu

«Un système de valeurs clair et un environnement propice sont les clés du succès.»

 

Christoph Schumacher
Credit Suisse Asset Management (Suisse) SA, Zurich

Depuis juin 2017, Christoph Schumacher est Head of Global Real Estate au sein de Credit Suisse Asset Management, après avoir occupé des postes de direction dans diverses sociétés d’investissement immobilier. Il a aujourd’hui plus de 23 ans d’expérience dans les domaines immobilier, financier et juridique, ainsi que dans le consulting. Il a fait des études de droit à Fribourg, Genève et Bonn et soutenu sa thèse à l’Université de Münster.

 

Christoph Schumacher, quel est votre moteur?

C’est la curiosité. Elle me pousse à rechercher les expériences nouvelles, à acquérir des connaissances nouvelles, à relever de nouveaux défis. Sur ce plan-là, j’ai la chance d’avoir été plutôt gâté par la vie jusqu’à présent, puisque j’ai connu des moments passionnants dans de nombreux endroits du monde – que ce soit à l’internat, en politique, dans mes métiers d’avocat ou d’Investment Manager. Mes fonctions actuelles de Head of Global Real Estate, elles aussi, sont très riches. Pas un jour ne ressemble au suivant et chaque situation du marché, chaque souhait d’un client nécessite de nouvelles solutions. Trouver à chaque fois l’approche optimale, c’est très motivant pour moi. S’y ajoute une bonne dose d’ambition personnelle et professionnelle, sans oublier la volonté de continuer sur la voie empruntée, d’en modifier légèrement la trajectoire au besoin et d’arriver ainsi au but. Ce sont là des valeurs que je m’efforce de transmettre, en particulier à mes trois garçons.

Le succès, c’est quoi pour vous?

Classiquement, le succès, c’est le fait d’atteindre un objectif donné, qui est imposé de l’extérieur ou que l’on se fixe soi-même. Franchir des caps au niveau professionnel en fait partie, cet aspect est très important dans l’activité quotidienne. Nous nous fixons des objectifs trimestriels, annuels et à plus long terme. Nous voulons de la performance, de la croissance, et que nos clients soient satisfaits. Mais même si tout cela est essentiel, ce n’est qu’une facette de la médaille. Le succès véritable suppose de prendre en compte et soupeser différents facteurs. Le chemin le plus rapide n’est pas toujours le meilleur à long terme. Quel impact ont mes actes sur mon environnement – à titre privé comme professionnel? Qui me permettent-ils de soutenir et d’encourager? Selon moi, quand on peut répondre de manière satisfaisante à ces questions, on a du succès.

Si je vous demande de citer un personnage qui a «réussi», à qui pensez-vous?

Les grandes personnalités historiques m’ont toujours fasciné et je pourrais en citer beaucoup... Mais prenons Otto von Bismarck. Il est connu en particulier pour son exceptionnelle réussite politique. Il a marqué comme personne l’Allemagne d’alors et la structure hégémonique de l’Europe, il a suivi ses principes et il a toujours su se ménager l’espace de liberté nécessaire pour pouvoir agir – par exemple envers le Roi et d’autres hommes d’Etat. Mais je suis aussi impressionné par ses succès dans d’autres domaines. Ainsi, avec son frère, il était un administrateur de biens hors pair. Il n’a pas tardé à devenir un expert de la gestion rationnelle des terres et a fait prospérer le domaine familial. Il avait aussi – selon les mœurs de l’époque – le sens de la famille, c’était un époux aimant, père de trois enfants. Les lettres échangées avec sa femme Johanna font partie des trésors de la littérature épistolaire du XIXe siècle.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail?

Le contact avec des personnes issues de cultures différentes, j’adore ça. Je travaille chez Credit Suisse avec une équipe extrêmement diversifiée et intéressante, mais aussi dans un cadre large qui est très enrichissant. Mon métier me permet de rencontrer des clients, des collègues et des partenaires de tous les pays, d’échanger avec eux et de trouver ensemble des solutions. Dans certains cas, notre collaboration dans le secteur de l’immobilier dure depuis des décennies.

Pendant vos loisirs, quelle activité est pour vous un facteur d’équilibre?

Mon équilibre, c’est en famille que je le trouve. J’ai une épouse formidable et trois garçons de moins de dix ans – très toniques, de sorte que le quotidien familial peut parfois être un peu fatigant! Nous faisons beaucoup de sport et vivons ensemble quantité d’aventures. Après des journées pareilles, on est physiquement épuisé, mais on a fait le plein d’énergie. C’est pour moi un facteur d’équilibre irremplaçable. Par ailleurs, je profite de mon temps libre pour essayer de satisfaire ma curiosité, notamment en rencontrant mes amis, en lisant toutes sortes de livres et en jouant du piano.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui débute dans l’Asset Management?

Le secteur de l’immobilier est aussi foisonnant que passionnant. Credit Suisse Global Real Estate est le plus grand gestionnaire de fonds immobiliers de Suisse, le numéro trois européen, et se classe dans le top 15 à l’échelon mondial. C’est une institution qui a derrière elle 80 ans d’histoire: cette longue tradition contribue autant à notre succès que notre développement constant. Pour réussir, il est important de se former en permanence et de se tenir au courant des évolutions en cours comme des dernières tendances. Si l’on arrive à les prévoir, évidemment, c’est encore mieux! Il est bon aussi de fonder son action sur des principes qui ont fait leurs preuves. Toutes les possibilités sont ouvertes, mais il faut se montrer malin et privilégier l’éthique et le long terme. Mon conseil à un jeune qui débute dans l’Asset Management serait donc le suivant: restez fidèle à vos valeurs et à vos principes, même si les objectifs et les méthodes évoluent. Moi, mon système de valeurs a toujours été un guide efficace en cas de changement et de difficulté. Les valeurs et les principes, ça donne des points d’appui et c’est très important dans notre secteur.

Quelles sont vos destinations de voyage préférées?

J’adore aller avec ma famille dans les montagnes suisses. Ma station favorite, c’est Zermatt, où j’ai appris à skier au pied du Cervin quand j’étais enfant. Mais j’aime aussi beaucoup l’Engadine. L’essentiel, c’est qu’on puisse faire du sport, randonner, respirer à pleins poumons dans des paysages grandioses! A l’étranger, la France et Israël sont mes destinations préférées depuis des années. J’ai passé des moments magnifiques dans ces deux pays, que ce soit professionnellement, en famille ou entre amis, et j’y ai découvert des endroits merveilleux.

De quoi êtes-vous reconnaissant?

Je suis reconnaissant d’être arrivé là où je suis dans ma vie privée et professionnelle. J’ai conscience que ça n’aurait pas été possible sans le soutien indéfectible dont j’ai bénéficié, en particulier celui de mon épouse. Je tiens à être un bon père et un bon chef. Même quand la pression est à son maximum, je peux compter sur mon équipe. C’est très précieux. D’une manière générale, je suis reconnaissant des opportunités qui m’ont été données dans ma carrière, grâce à ma formation et au soutien de mes proches. Tout le monde n’a pas cette chance.

Quel livre lisez-vous actuellement?

Je lis «Une brève histoire de l’humanité». C’est un essai de Yuval Noah Harari, un philosophe et historien israélien encore relativement jeune. Dans ce best-seller, l’auteur analyse l’évolution de l’Homme en tant qu’espèce dominante, de l’âge de pierre à nos jours. Il manie avec dextérité des connaissances issues des disciplines les plus diverses et n’hésite pas à poser les grandes questions – par exemple, quel est notre avenir, l’homme est-il une chance ou une malchance pour la planète? Parfois c’est un peu ardu... Alors pour me détendre, je lis volontiers un bon polard de temps en temps.

Quelle était votre matière préférée à l’école?

Il y en avait clairement deux, l’histoire et la géographie. A mes yeux, c’était et ça reste les matières où flotte un parfum d’aventure. L’histoire m’a fait découvrir les personnages et les événements majeurs, les idoles et les épisodes qui rayonnent jusqu’à nous – bref, les grandes heures de l’humanité, les systèmes de valeur et les philosophies qui m’ont accompagné tout au long de ma vie et prennent pour moi une importance croissante. Dans mon amour de la géographie, il y a sans doute l’appel du large... C’est aussi une forme de curiosité, que j’ai eu la chance de pouvoir satisfaire à de nombreuses reprises. Mais il reste encore tant à découvrir!

Retour à l'aperçu