Retour à l'aperçu

«Carpe diem.»

 

Christèle Clémence
Deputy Head of Wholesale Switzerland & Liechtenstein, RobecoSAM SA

Christèle Clémence exerce la fonction de Deputy Head of Wholesale Switzerland & Liechtenstein chez RobecoSAM depuis 2017. Auparavant, elle a travaillé pendant cinq ans chez UBS Wealth Management, en tant que Senior Consultant et spéclialiste de croissance. Elle a fait ses premiers pas dans la vente au sein de la Banque SYZ, dans l’équipe Sales and Business Development, où elle y est restée six ans.

 

Christèle Clémence, quel est votre motivation?

Je trouve important de travailler pour une entreprise intègre, qui a du leadership et une belle gamme de produits. Ce qui me motive, c’est d’atteindre un objectif conforme à mes valeurs et à mes convictions profondes, d’améliorer les choses ou de concrétiser un projet. Je suis convaincue par l’investissement durable et le fait d’avoir l’opportunité de convertir ma passion en opportunités me rend heureuse et me motive à faire de plus en plus dans cette direction afin d’avoir un impact et des changements concrets. Par nature, je suis une personne axée sur les solutions, qui préfère parler de défis à relever que de problèmes à résoudre. Au cours de ma vie, j’ai toujours construit depuis zéro. Sans compter que le fait d’associer connaissances techniques et compétences sociales est extrêmement gratifiant. La beauté d’être responsable du développement et de la vente au sein d’une entreprise d’asset management, est de combiner la compréhension des besoins des clients avec des solutions et conseils personnalisés. C’est ce qui est motivant et très enrichissant.

Au début de votre carrière, à quel défi majeur avez-vous été confrontée?

Au risque de paraître un peu féministe, je dirais qu’il n’a pas toujours été facile d’être une femme dans un univers d’hommes. C’est un défi au départ, car il faut prouver que l’on est bel et bien une personne compétente, chargée de représenter l’entreprise, et non un pot de fleurs. Je me souviens d’un client une fois qui me parlait en pensant que j’étais l’assistante – jusqu’à ce qu’il comprenne que j’étais son interlocutrice! Ma philosophie a toujours été d’approfondir mon domaine d’expertise, afin d’acquérir des connaissances plus vastes et plus approfondies que ce que l’on attend de moi. Rétrospectivement, je suis contente d’avoir choisi cette voie – celle qui mène du défi à un atout clé. De cette manière, je peux conseiller les clients sans avoir nécessairement les gérants à mes côtés. C’est un facteur de crédibilité, que ce soit – envers les collègues, l’équipe de gestion et le management. Et bien sûr, cela fait de moi une commerciale digne de confiance et respectée, ce qui est indispensable à mes yeux.

Sur quelles valeurs reposent vos actes au quotidien, vos décisions, vos projets?

Tout d’abord, je tiens à être loyale envers moi-même, en sachant d’où je viens et où est ma place. Comme je l’ai dit, j’ai dû recommencer plusieurs fois à zéro dans ma vie: cela fait de moi une battante! Je m’implique et m’engage pour les thèmes auxquels je crois, ceux qui font du sens à mes yeux et qui permettent d’aller de l’avant. De part nature, guidée à moitié par la raison, de l’autre par les émotions, j’aime analyser et évaluer les potentialités avant  de les implémenter avec passions. Le respect, la confiance, la transparence et l’empathie sont pour moi des valeurs primordiales qui régissent aussi bien ma vie professionnelle que privée. Lorsque je perçois une énergie négative, je fais plutôt un pas en arrière qu’un pas en avant. Dans le cadre professionnel, je suis convaincue que l’investissement durable, l’engagement avec les sociétés et l’impact des SDG’s peuvent faire une grande différence dans le monde. Je suis ravie de pouvoir discuter avec les clients sur la manière d’intégrer ces convictions dans une stratégie ayant de l’impact avec des buts ciblés permettant de contribuer à un changement quantifiable en matière d’investissement durable. Les investisseurs peuvent faire une grande différence en allouant le capital aux compagnies qui contribuent de manière positive à résoudre les problèmes du monde.

Qu'est-ce qui vous a poussée dans la voie qui est la vôtre aujourd'hui?

Lorsque je parlais à des clients très fortunés ou des entrepreneurs chez mon employeur précédent, je me suis rendue compte que la plupart d’entre eux, qui avaient réussi dans leur vie, souhaitaient restituer une partie à la société, ceci de manière intelligente. Ils m’ont demandé de les aider à cet effet. La plupart du temps les commerciaux n’écoutent pas beaucoup, car ils ont une idée de ce qu’ils veulent vendre à leurs clients. De mon côté, j’aime écouter, ouvrir les portes et trouver des solutions adéquates. Le fait de pouvoir aider les clients à avoir un but qui fait plus de sens me rend heureuse. C’est aussi le nouveau futur ou nouveau présent, étant donné que de nombreuses compagnies doivent reconsidérer le but de leurs modèles d’affaires. Afin d’approfondir mes connaissances dans ces valeurs, j’ai commencé l’année passée un CAS dans l’investissement durable à l’université de Zürich. Je recommande vivement cette formation à chacun. Elle fait définitivement prendre conscience de la place de l’homme et de l’urgence que nous avons de nous réveiller et d’agir dans le but de protéger la plus grande richesse que nous avons, la Terre Mère. Le secteur financier en Suisse, qui génère environ 10 % du PIB, peut contribuer à réorienter les actifs vers des méthodes d’investissement qui font du sens. C’est la raison pour laquelle je suis très fière de promouvoir cette approche et de pouvoir « transformer » les actifs auprès de mes clients. De l’intégration des facteurs ESG à l’impact, le «menu» de l’investissement durable ? laisse un large choix et les ingrédients sont de qualité. Ce ne sont pas des histoires qu’on raconte, c’est prouvé. Il suffit de regarder la contribution des stratégies durables en termes de performance. C’est également intéressant de voir comment ces stratégies ont perfomé pendant la période du COVID-19. Il se peut que la crise ait été nécessaire afin de créer plus de transparence et une prise de conscience, ce qui va contribuer à générer un alpha lié à l’investissement durable.

Quels sont vos objectifs – aux plans professionnel et privé?

Mon but est d’être heureuse. Ayant une personnalité gagnante, j’aime suivre et atteindre des buts à long terme en abordant tout ce que j’entreprends avec un esprit positif. Je m’investis plutôt à 150 % qu’à 99 %. Quand on aborde les choses avec le sourire, cela vous rend heureux et crée automatiquement la réceptivité de votre vis-à-vis – pas toujours, mais la plupart du temps. Cela peut paraître un peu trop noir-blanc, mais quand je sens quelque chose ou quelqu’un être un vampire d’énergie, je vais privilégier une autre route. Comme je pense de manière systématique, j’essaye de faire des projets à long terme, en analysant autant que possible ce qui peut être fait au préalable, pour faire face à l’inattendu. Il est aussi essentiel d’avoir l’accès aux bonnes personnes lorsque l’on travaille avec des clients. Pour ma part, je ne suis pas effrayée de taper à la porte de quelqu’un de notre management si nécessaire. La même chose s’applique à ma vie privée. Un simple «non» en guise de réponse, ce n’est pas constructif. Je n’arrive pas à me contenter d’un «non, on ne peut pas faire ça comme ça», je préfère qu’on me dise: «et si on faisait plutôt comme ça?» – c’est bien plus constructif! Le modèle de croissance «GROW» résume ma manière de poursuivre mes objectifs, que ce soit dans la vie professionnelle ou dans la vie privée: G comme Goal, R comme Reality, O comme Opportunities ou Options, W comme Way forward. C’est tout bête, mais garder toujours cela à l’esprit, c’est garder le cap J.

Qu'est-ce qui vous plaît le plus – et le moins – dans votre travail?

Ce que j’apprécie le plus dans mon travail, c’est le fait d’avoir les deux facettes, de comprendre les besoins des clients d’une part et de développer, construire et répondre à leurs besoins de l’autre part. C’est une fantastique combinaison de qualités sociales et intellectuelles, de comprendre et réfléchir à la meilleure solution pour atteindre le but. Ce que j’ai parfois du mal à concevoir, c’est d’accepter que nous n’avons pas tous la même motivation, but et rythme. Certaines personnes font ce qu’elles font parce qu’elles doivent le faire et ne sentent pas la nécessité d’aller au-delà de leurs limites. De cette manière elles ne seront jamais heureuses. C’est un challenge de travailler avec de telles personnalités. C’est dur à concevoir qu’elles n’arrivent pas à penser hors des sentiers battus car elles se sentent plus sécurité dans leur environnement familier.

Pendant vos loisirs, qu’est-ce qui est pour vous un facteur d'équilibre?

La nature. Si vous me cherchez, vous me trouverez là où il y a de beaux paysages! La nature est pour moi source d’énergie et de sérénité, elle m’aide à garder les pieds sur terre – que ce soit en faisant du jogging, de la randonnée, du golf, du vélo, de la plongée, ou juste en m'imprégnant d’un endroit à couper le souffle. Je me ressource également par les voyages et la découverte d’autres cultures loin des grands centres touristiques, par exemple dans la jungle, sur l’eau ou sous l’eau. Passer du temps avec mes proches est également un facteur d’équilibre. Je médite presque chaque jour – pour l’ancrage, le calme, la clarté d’esprit. Et enfin, j’essaye de faire du sport trois à quatre fois par semaine. Quelque part je suis «accro» aux sensations de bien-être que cela procure, mais surtout, grâce au sport, je peux manger tout ce dont j’ai envie! En Suisse romande, d’où je suis originaire, cela s’appelle le savoir-vivre...

Y a-t-il quelque chose qui vous soit indispensable au quotidien?

Je ne pourrais pas vivre sans amour, sans amis, sans la nature et sans liberté de choix. L’amour est ma vitamine D et la nature mon réservoir d’énergie. Être née dans un pays où règne la liberté de choix ne va pas de soi, c’est à la fois un privilège et une chance. Je suis heureuse d’avoir la possibilité de pouvoir faire des choix. Je ne pourrais pas vivre sans aider les autres d’une quelconque manière, sans agir positivement par mes actes sur l’environnement, la société et la gouvernance. Et à part ça, j’aurais du mal à renoncer à un verre de vin et à mes deux jeunes chats...

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui débute dans l'Asset Management?

  1. Ne soyez pas opportuniste, cela ne mène nulle part à long terme, seulement à court terme.
  2. N’oubliez jamais les personnes qui vous ont aidé un jour, soyez reconnaissant pour ce que vous avez et battez-vous pour les choses auxquelles vous croyez.
  3. Ne laissez personne vous abattre parce qu’ils n’ont pas les meilleurs valeurs que vous.
  4. Donnez sans attendre en retour. A première vue, ce n’est pas équitable, mais le karma va remettre les choses en place d’elles-mêmes.
  5. Soyez loyal envers vous-mêmes avant de l’être envers les autres.
  6. Ne faîtes à personne ce que vous ne souhaitez pas que l’on vous fasse. Traiter les personnes de la même manière que celle dont vous aimeriez être traité.

De quoi êtes-vous reconnaissante?

Je suis reconnaissante pour de nombreuses choses, mais la chose la plus importante est la santé. C’est la plus grande richesse que nous puissions avoir. J’ai grandi auprès de personnes gravement malade, une épée de Damoclès sur la tête. A travers ces épreuves, j’ai appris à me battre pour la vie et j’ai aussi compris que la vie est faite de nombreux petits moments de bonheur. On me dit souvent « Christèle, tu as une telle énergie et ris beaucoup ». C’est vrai, mais je sais d’où je viens et que le chemin n’a pas toujours été facile, cela a été un dur combat pour la vie. Cela a définitivement changé ma conception des choses, plus particulièrement les problèmes. J’ai peu de patience pour les personnes qui se plaignent constamment. Je suis reconnaissante pour ce que j’ai. La gratitude d’avoir des personnes merveilleuses autour de moi et d’avoir un travail qui me passionne. Je suis reconnaissante de vivre dans un pays comme la suisse et d’avoir la chance d’avoir des parents qui m’ont donné beaucoup d’amour et apporté les valeurs que j’ai aujourd’hui, celles qui me permettent d’être où je suis et de poursuivre mes rêves et convictions. Je suis aussi reconnaissante de faire ma formation dans l’investissement durable et d’avoir la possibilité d’implémenter mes croyances et valeurs dans mon travail quotidien avec les clients. Je suis reconnaissante d’être une femme, de supporter et me battre pour la diversité pour avoir les mêmes droits que les hommes en tant que reconnaissance et opportunités.

Avec le temps, qu’est-ce qui gagne – ou perd – de l’importance à vos yeux?

Il est important d’aller à l’essentiel et de laisser le superficiel de côté. Au fil du temps, je recherche de plus en plus l’authenticité et l’intégrité.

Votre meilleur antidépresseur?

Une balade dans la forêt, du chocolat noir aux noisettes, un bon vin rouge et le ronronnement de mes chats.

Retour à l'aperçu